Le myocarde, un organe complexe

Le cœur est un organe creux formé essentiellement d’un muscle : le myocarde. Il est responsable de la circulation du sang en le pompant grâce à des contractions rythmiques vers les vaisseaux sanguins. Pesant entre 300 et 350 grammes selon le sexe de l’individu, il est entouré par le thorax, le sternum et le diaphragme et se situe entre les deux poumons.

Le cœur est composé de deux pompes :

La pompe de gauche ne s’occupe que du sang oxygéné venant des poumons qui lui parvient par l’oreillette gauche. Celle-ci se contracte et envoie alors le sang dans le ventricule gauche. Le ventricule se contracte à son tour et envoie le sang dans l’organisme.

La pompe de droite quant à elle ne s’occupe que du sang chargé en gaz carbonique qui doit être oxygéné. Il lui parvient par l’oreillette droite. De la même manière que sa voisine, elle se contracte et envoie le sang dans le ventricule droit. Celui-ci se contracte et envoie le sang dans les poumons.

Ces deux pompes fonctionnent en même temps. Contrairement aux autres muscles, le cœur produit sa propre électricité et se contracte ainsi sans aucune assistance de jour comme de nuit. Cette production électrique peut être mesurée grâce, par exemple, à un électrocardiogramme.

Chaque battement cardiaque est composé de trois étapes :

La systole auriculaire est la contraction des oreillettent ce qui a pour effet d'ejecter le sang de ceux-ci dans les ventricules. Les valves entre les oreillettes et les ventriculent se referment. Ensuite, se déroule la systole ventriculaire, les ventricules se contractent et le sang est éjecté dans le système sangain circulatoire. Enfin pendant la diastole, le coeur se décontracte et le sang entre à nouveau dans les oreillettes. 

Schéma légendé d'un coeur naturel

 

Malheureusement il arrive que le cœur n’arrive plus à assurer sa fonction de « moteur » du système circulatoire. On parle alors d’insuffisances cardiaques qui peuvent être plus ou moins graves. Lorsque les chirurgiens ne sont plus en mesures de réparer le cœur, dans le cas d’une insuffisance avancé bi-ventriculaire, ils doivent se tourner vers une greffe. Cependant en France comme à l’étranger, les greffons sont très rares, chaque année seulement 4 000 cœurs naturels sont disponibles alors qu’on compte plus de 100 000 patients ayant besoin d’une greffe. C’est pourquoi le professeur Carpentier et son équipe ont, durant plusieurs années, cherchés une solution artificielle capable d’assister un cœur malade de la même manière qu’un greffon. C’est suite à ces recherches qu’en 2011 a été conçu le cœur artificiel Carmat

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site